View in english View in spanish View in french View in german View in chinese
View or post network information resources here. Filter for network specific topics using the "Currently Browsing" drop down.
Tip Hide Tip

Information Description

File type

LES PARTENAIRES DE L’INITIATIVE POUR L’ÉTAIN SANS LIEN AVEC LES CONFLITS (CFTI) VISITENT LE SUD-KIVU POUR PRENDRE LA MESURE DU SUCCÈS DU PROJET

Posted by: Samantha Hoo
27th Feb 2013
Tags
Credits
Format
PDF
close

This download will use 0 of your credits. Please click the confirm button if you are sure you want to continue.

Confirm

 


TIR2014

 For further information

LES PARTENAIRES DE L’INITIATIVE POUR L’ÉTAIN SANS LIEN AVEC LES CONFLITS (CFTI) VISITENT LE SUD-KIVU POUR PRENDRE LA MESURE DU SUCCÈS DU PROJET

Afin de soutenir un sourçage responsable et le développement économique de la République démocratique du Congo (RDC), en octobre 2012 des partenaires de l'industrie ont lancé, à l'appel du gouvernement néerlandais, un programme de sourçage dans le cadre de l'initiative pour l'étain sans lien avec les conflits (CFTI) dans la province du Sud-Kivu. Les partenaires ont effectué leur première visite dans la région entre les 12 et 15 février 2013 afin de prendre la mesure des succès rencontrés jusqu'à maintenant par le projet et d'évaluer les difficultés qui pourraient subsister.

La mission était conduite par le Prince Jaime de Bourbon Parme (représentant le ministère des Affaires étrangères (MAE) des Pays-Bas) et sa collègue Mme Marion van Schaik (MAE). Ils étaient accompagnés par des fabricants de produits de grande consommation ainsi que par des acheteurs impliqués dans l'achat d'étain-métal : Mme Boukje Theeuwes (Philips), M. Mike Loch (Motorola Solutions) et M. Bas van Abel (Fairphone). M. Joseph Ikoli Yombo Y'Apeke, Directeur de Cabinet Adjoint du Ministre des Mines, avait également fait le voyage depuis Kinshasa afin de faire part, tant aux visiteurs partenaires qu'aux services miniers locaux du Ministère, de l'engagement du gouvernement congolais pour assurer le succès de la CFTI.

Mme Boukje Theeuwes, Manager of Supplier Sustainability (responsable de la durabilité des fournisseurs) chez Philips a expliqué que : « La loi Dodd-Frank aux USA a fait partir de nombreuses sociétés de la République démocratique du Congo (RDC), dans la crainte de répercussions au niveau administratif, des coûts et de la perception du public. L'avis de Philips est qu'il n'est pas juste d'abandonner la RDC. Nous savons que nous pouvons jouer un rôle dans la restauration du développement économique simplement en créant une demande pour les minerais congolais sans lien avec les conflits. Nous avons pris cette responsabilité et passé la première commande pour cet étain sans lien avec les conflits par le biais de notre chaîne d'approvisionnement. Le programme iTSCi apporte les assurances nécessaires sur l'origine hors conflit de ces minerais. Par notre présence ici en RDC, nous voulons encourager d'autres multinationales et sociétés cotées aux États-Unis à faire de même. »

La CFTI s'appuie sur la traçabilité mise en place par l'iTSCi, des réunions de parties prenantes, la diligence raisonnable et des audits indépendants. Elle inclut en outre une fonderie qui s'est engagée dans le programme des Fonderies sans lien avec les conflits (CFS). La délégation comprenait donc Mme Kay Nimmo (Comité de gouvernance ITRI/iTSCi) et M. Mussadiq Hamid Merican (MSC, Malaysia Smelting Corporation) ainsi que des représentants de la société ou des organisations locales tels que M. Fidel Bafilembo (Enough), M. Cyprien Birhingingwa (CENADEP) et M. Pierre Kamaro de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL). Certains des participants à la CFTI ont aussi eu l'opportunité de rencontrer pour la première fois des mineurs et des représentants des coopératives, des négociants et un exportateur (WMC) qui tous constituent un maillon important de la chaîne d'approvisionnement de la CFTI.

CFTI -FR

Tous les travaux relatifs à ce projet effectués en RDC sont gérés localement par du personnel de Pact Inc, en particulier par M. Yves Bawa, le responsable régional du Programme iTSCi, qui a organisé la visite avec l'aide d'autres personnes qui se sont jointes à la visite, comme Mme Karen Hayes, M. Chris Hennemeyer et Mme Marlene Wafler ainsi que de nombreux autres membres du personnel du projet.

Jusqu'à maintenant, le projet s'est avéré être un grand succès avec plus de 200 tonnes de minerai vendues en provenance de la mine et sept conteneurs exportés, lesquels sont déjà en route pour la fonderie, représentant une valeur approximative de 1,7 millions de dollars US. On espère que le premier étain-métal quittera la fonderie aux environs de la fin mars, il sera destiné aux utilisateurs finals qui se sont engagés à acheter dans le cadre de l'initiative pour l'étain sans lien avec les conflits (CFTI).

Sur le site de la mine, la situation s'est considérablement améliorée en peu de temps. Au début du projet, moins de 100 mineurs étaient enregistrés pour travailler à la mine, mais en février les coopératives avaient enregistré 1 294 artisans mineurs, plus d'autres négociants et fournisseurs de services connexes. Par ailleurs, le potentiel de gains de ces mineurs a plus que doublé, passant de 2 USD à 4 ou 6 USD par kg, en fonction du contenu d'étain du minerai et du cours mondial du métal.

En raison de l'accroissement des flux de trésorerie dans la région, des réseaux de femmes ont commencé à épargner pour acheter des produits qu'elles peuvent ensuite vendre aux mineurs afin de subvenir aux besoins de leurs familles. Par ailleurs, les conditions de travail et la situation au niveau de la sécurité sur le site minier se sont améliorées, les coopératives locales achetant des équipements tels que des casques, chaussures montantes et pompes à eau pour les mineurs et stabilisant les puits de mine avec des pieux en bois afin de réduire les accidents. L'une des répercussions de ce projet qu'il est intéressant de noter est la formalisation du secteur et une augmentation de la transparence qui permet au gouvernement congolais d'imposer les taxes correctement et de bénéficier de la production des minerais.

M. Richard Robinson de USAid était également présent pour observer les résultats positifs du soutien apporté par USAid à certaines activités connexes dans la région telles que les réseaux de femmes et la formalisation des centres de négoce. Mme Elena Peresso (Commission européenne) participait en tant qu'observatrice pour tirer les leçons du projet à l'heure où des travaux sont en cours pour élaborer une initiative européenne de diligence raisonnable globale au niveau de l'UE. Un consultant, un cinéaste et des journalistes ont également participé afin de rendre compte de la visite, des succès et des difficultés rencontrées.

Il était évident que les parties prenantes locales comprenaient l'importance du rôle qu'elles jouent pour assurer le succès du projet, et elles étaient très désireuses d'évoquer la question de savoir quand les activités pourraient s'étendre à d'autres mines de la région afin d'accroître les opportunités commerciales et apporter le type d'avantages que l'on voit déjà autour de Kalimbi à l'ensemble de la communauté du Sud-Kivu. D'autres sites sont actuellement en cours d'évaluation en vue de leur possible intégration dans le projet.

L'évolution de la CFTI peut être suivie sur le site web du project.

Il est possible de voir une présentation des objectifs de la visite à travers un entretien avec Jaime de Bourbon Parme enregistré par Fairphone disponible ici disponible ici.

Pour consulter le blog de Mike Loch de Motorola Solutions relatant les 4 jours de la visite, cliquer ici :

Day 1 and 2.

Day 3.

Day 4.

 

 

Network